Le Théâtre des Marionnettes du jardin du Luxembourg

Guignol

Depuis 1933, Guignol, le personnage central des marionnettes françaises, s’est établi dans le jardin du Luxembourg. Le théâtre où il se donne en spectacle fut imaginé et créé par Robert Desarthis. Son fils, Françis-Claude Desarthis, le dirige à présent sans abandonner pour autant son rôle d’auteur-adaptateur-interprète et metteur-en-scène.
Le Théâtre des Marionnettes du jardin du Luxembourg est un grand bâtiment moderne (chauffé l’hiver et aéré l’été). Il est en France le plus grand théâtre de ce genre : il peut accueillir jusqu’à 275 spectateurs. Le Théâtre est situé dans le jardin du Luxembourg à Paris 6éme (du coté de la rue Guynemer). Il est ouvert tous les mercredis, samedis, dimanches, jours fériés et vacances scolaires.
http://www.marionnettesduluxembourg.fr/acceuil.html
Guignol est bien triste car son théâtre reste fermé pour l’instant …
mais il espère pouvoir de nouveau vous accueillir très bientôt.

D’ici là, prenez soin de vous et vos proches.

Le marionnettiste : Le clip du théâtre des Marionnettes du jardin du Luxembourg sur une chanson interprétée en duo par Caroline Marlande & Jacky Galou (chanson tirée de l’album “Mon p’tit loupiot”).

Présentation en *pdf à didactiser par Sabrina de Bernardis

Consortium DEOR 2021. Des pantins en vacances

Cristina Durău, professeure de français

Malgré la pandémie, les élèves de l’école « Mihai Viteazul » de Craiova restent optimistes et créatifs. Surtout ils n’oublient pas le beau projet Pantins pour l’inclusion, auquel ils se sont inscrits pendant l’année scolaire 2019-2020. Nous voilà confinés chez nous, en impossibilité de nous déplacer au festival de théâtre et aux activités écolières, mais heureusement on a l’Internet et on peut communiquer entre nous. Rien ne nous empêche de jouer et surtout de créer nos propres jouets, en réutilisant des trucs. C’est trop marrant !

Nous vous transmettons chaleureusement nos salutations et nos meilleurs vœux de santé, tout en vous montrant ci-dessous les pantins que nous avons réalisés pendant les vacances de Noël. Prenez soin de vous et restez créatifs !

La journee des poRtes ouvertes de l’Icfr3 À Frosinone.

Hier pour notre collège a été une journée particulière. De 17:00 à 19:00 heures, le collège ICFR3 de Frosinone a virtuellement ouvert ses portes aux familles et aux enfants. Le collège et ses valeurs ont été les protagonistes de la directe YouTube et, avec fierté, on a présenté le projet Erasmus +2019-2020 « Pantins pour l’inclusion. La formidable expérience est partagée avec des écoles du Portugal, de Chypre, de la Roumanie et coordonné par monsieur Alexandru Mîță professeur au lycée Teoretic “Mihail Kogãlniceanu” Vaslui, Roumanie. Grâce au projet les élèves ont donné la voix à leurs pantins et à leur créativité et fantaisie.

Le projet des Pantins redémarre à Pungești, aussi * The Pantins project is restarting in Pungești, too

Nous revoilà dans le beau village de Pungești où, sous l’œil attentif de leurs professeurs de langues et de la coordinatrice locale du projet, Mme Maria Cristina Șelaru, les élèves de l’équipe du projet Erasmus+ « Pantins pour l’inclusion » ont recommencé les répétitions de leurs nouvelles pièces de théâtre avec marionnettes. Malgré la récente fermeture des écoles en Roumanie sous le signe de la pandémie, leur énergie créatrice est orientée maintenant dans les répétitions qu’on organise en ligne par la visioconférence en Zoom ou Meets. Au printemps, les mômes de Pungești espèrent pouvoir finalement voyager au Chypre pour continuer les activités d’apprentissage à l’étranger, à côté de leurs amis et partenaires de Portugal, d’Italie et, bien sûr, de Chypre.

               Tout en profitant des quelques semaines passées « au scénario vert », selon la classification roumaine, c’est à dire avec l’école ouverte et les élèves en salle de classe, les enfants de Pungești ont travaillé de bon cœur et c’est un immense plaisir de vous montrer ici quelques exemples de ce travail : les répétitions du théâtre des pantins à Pungești !


Here we are again in the beautiful village of Pungești where, under the watchful eye of their language teachers and the local project coordinator, Mrs. Maria Cristina Șelaru, the pupils of the Erasmus + project team “Puppets for inclusion” have started rehearsing their new puppet plays. Despite the recent closure of schools in Romania under the sign of the pandemic, their creative energy is now directed to the rehearsals that are organized online by video conferencing systems Zoom or Meet. In the spring, the kids from Pungești hope they can finally travel to Cyprus to continue learning activities abroad, alongside their friends and partners from Portugal, Italy and, of course, Cyprus.

While taking advantage of the few weeks spent “in the green scenario”, according to the Romanian classification, meaning that the school was open and the pupils were in the classroom, the children of Pungești worked heartily and it is a great pleasure to show you here some examples of their work: the rehearsals of the puppet theater in Pungești!

Homework with puppets * Devoirs avec pantins

The homework of November 2020 consisted in writing a short play with puppets (or a play with a single puppet “alter ego”). We start now the series of little movies produced by the pupils in our project and we add a didactic issue: please try to tell the story that its author presented you in his/her movie. The first homework prepared by the pupils of “M. Kogălniceanu” High School Vaslui (Romania) is in French.

Le devoir de novembre 2020 consistait à écrire une courte pièce de théâtre avec pantins (ou une pièce avec une seule marionnette «alter ego»). Nous commençons maintenant la série de petits films produits par les élèves dans notre projet et nous ajoutons une question d’exploitation didactique: essayez de raconter l’histoire que son auteur vous a présentée dans son film. Le premier devoir que les enfants du Lycée Théorique “M. Kogălniceanu Vaslui (Roumanie) ont préparé est en français.

Andreea Clapa, 8th form LMK Vaslui
Andrei Hurdubaia 6th form LMK Vaslui
Miruna Crețu, 8th form LMK Vaslui
Mihnea Sandu, 6th form LMK Vaslui

Ploom, la marionnette française des années ’70

Jacqueline ALEXANDRE dialogue avec la marionnette PLOOM, en 1970, à la Télévision Française. La speakerine explique qu’elle va présenter les télévisions scolaires, elle parle d’elle son sport, son hobbit, son travail de journaliste, les voyages, son métier de speakerine.

Papotin présente Ploom la chenille qui fait son show puis danse la java avec son compagnon.. Image d’archive INA

2nd episode

Puppet theater is appreciated as an art intended exclusively for children. However, puppet theater has proven to be much more than an art that replaces another, a derivative of theater – it offers innovative approaches, interesting and core artistic experiments.

The essential element of this theater is the marionette, the puppet. In the strict sense of the word, the puppet is either an anthropomorphic or zoomorphic figure, or an object that represents a character designed to animate him in a show. However, if the central element is an object, an artistically processed matter, the question naturally arises: is the puppet theater a sculpture in motion or a game? Is it closer to the visual or interpretive arts?

An important feature of the puppet theater in relation to other genres of show is that the object or animated material is subjected to transformations that highlight its relationship with plastic creation, in the sense that the process of visual creation is an integral part of the show. The actor-handler creates images during the show, changing the initial appearance of the object. From this perspective, the puppeteer has a function similar to that of a visual artist. On the other hand, a puppet that does not “come to life” is just a useless object. The puppet is specific to the movement, the stage action. The movement profoundly changes the forms and the very transition from inanimate to animated has major consequences.

From the perspective of anthropology, the analysis of the puppet highlights essential aspects of the art of animation, if we take into account that in almost all its history it is considered to be not a representation of a real character, but a supernatural being. This essential quality has made possible, in fact, the free expression of unacceptable ideas in other artistic formulas, in many historical periods. That is why every animation system – from the oriental shadow theater to the European fairground theater and from Burnaku to Karagöz – has developed a special stage language, which has its roots in the cultural tradition in which it appeared.

Therefore, some of the phenomena of spiritual and social life are of great importance for the development of art in general, puppet theater in particular. First of all, its magical and religious roots being obvious, the theoretical approach must be oriented towards detecting the cultural “layers” existing in the different traditions of puppet theater, in this art coexisting elements of original shamanism, worship of totemic deities, liturgical practices, the pre-Indo-European substratum, the oriental-inspired cults practiced in the Roman Empire and the beliefs of migrant peoples – all with an important role in shaping original aesthetic formulas.

Despite the diversity of cultures, however, some phenomena are universal. Many rituals – vigil, transition to a new agricultural cycle, etc. – they have as a central element a puppet, made of clay, wood or textile material, an object that replaces the human sacrifice absolutely necessary to move to a new life. Among them, a major role belongs, in the development of the puppet theater, to the cult of the ancestors in which the main role was played by the druid, who could interpret, with the help of elements that today we call theatrical (mask, costume, puppets that represent the deceased) the death and resurrection of humans or animals.

Karagöz cartoon made by the Cypriot project coordinator, Antonis Antoniou

Site du projet Erasmus+KA229 "Pantins pour l'inclusion"