Tag Archives: atelier

DEOR: Les petits théâtres en papier en classe de FLE

Les théâtres en papier sont assez vieux, ils étaient beaucoup utilisés à l’époque où il n’y avaient pas d’écrans, de journaux, de photos. Il semble que le théâtre d’ombres est apparu en Egypte. Les spectacles représentaient un divertissement pour la population, pour les enfants, mais ces spectacles étaient aussi joués devant les empereurs ou les nobles de divers pays.
Les artistes présentaient des morceaux de légendes, des évènements historiques dont ils manipulaient quelquefois l’intrigue en fonction du public qui les regardaient. A part leur fonction divertissante, il est envisageable aussi d’imaginer un rôle de transmission, de communication des nouveautés, d’une façon plus ou moins subjective. Ils ont assuré la circulation des chansons populaires, des légendes ou des contes et des pièces religieuses, ayant aussi un important rôle dans l’éducation du peuple des villes et des villages jusqu’à la fin du XIXe siècle.
Par rapport aux nouvelles technologies de la communication, on pourrait dire que le théâtre rapprochait les gens, présentait des réalités que chacun pouvait comprendre et intégrer dans son univers d’informations. Les nouvelles technologies ont une fonction différente, les réseaux sociaux offrant des possibilités illimités de communication virtuelle, séparant pourtant les gens qui préfèrent rester cachés par les écrans. Il est donc bien de réintégrer certaines méthodes anciennes, en offrant de l’espace au jeu, au bricolage et à l’initiative en classe de FLE.
Les théâtres en papier sont plus accessibles aux élèves du collège, qui peuvent les construire seuls, n’ayant pas besoin de fournitures spéciales. Lorsque j’ai proposé aux élèves de notre collège de créer un théâtre de marionnettes, ils ont été peu attirés par l’idée, me disant que les marionnettes ne sont plus pour leur âge. Les élèves de 12 à 13 ans ont commencé pourtant à s’y intéresser et ils ont utilisé des boites en carton pour improviser des dialogues. Leurs marionnettes sont en papier, ils les manègent à l’aide de fines baguettes en bois. Les élèves dans la classe deviennent vite leurs spectateurs et bien que leur niveau de français ne leur permette pas encore d’écrire des saynètes plus longues, ils réussissent à capter l’attention du public et de faire parler leurs acteurs en carton.
Ce que je trouve fascinant est le fait qu’ils ont vite intégré cette activité dans leur étude du français, ils ont commencé à utiliser les marionnettes et les théâtres en papier dès que l’enseignant leur a offert l’occasion. Lorsque les thèmes de vocabulaire se prêtent au jeu et au dialogue, ils attirent l’attention par une boite – scène improvisée qui attend patiente sur le pupitre l’intervention de l’enseignant. Chaque fois je suis contente de toute idée ou mise en œuvre qui suscite l’intérêt des élèves pour l’étude du français, le fait qu’ils aiment apporter leurs créations en classe pour s’exprimer en français est une grande conquête. Ça veut dire que pour eux le français a un côté ludique, que cette langue nouvelle, puisqu’ils l’apprennent depuis une année et demie, ne leur fait pas peur. Un autre avantage est le fait qu’ils réussissent à créer des univers en bricolant, et qu’ils trouvent des situations pour mettre en lumière leurs créations sans que l’enseignant la leur demande.
Les marionnettes en carton ne nécessitent pas des heures de travail et offrent la possibilité de jouer à même temps qu’apprendre. Elles donnent l’occasion de travailler en équipe, de se rencontrer pour confectionner le matériel, la scène et les décors, ce qui fait que le processus d’apprendre devient plus intéressant et la langue étrangère est vraiment mise en situation réelle de fonctionnement.
Nos élèves ont utilisé pour confectionner leurs théâtres en papier le livre « Mes petits théâtres à construire » par Lise Herzog, qui présente des moyens de construire des théâtres en boite, des cirques animés et un petit théâtre d’ombres. Pour chaque activité présentée ce petit livre offre plein d’instructions et spécifique le matériel nécessaire, si bien que même s’il est écrit en français les élèves ayant un niveau A1 ont réussi à comprendre et à suivre les instructions. Ils ont trouvé le livre parmi les livres reçus dans le cadre du projet ADIFLOR que nous avons commencé en décembre 2019, et ils ont vite commencé à utiliser les informations, déjà mettant en scène deux petits spectacles. Pour les pièces ils ont encore des difficultés à écrire en français, mais ils ont commencé à faire des progrès.

Pantins pour inclusion à Văleni (département de Vaslui)

   L’Ecole numéro 1 de la commune de Văleni (județ de Vaslui, Roumanie) est impliquée, dans la période 2019-2020, dans le Projet Erasmus +KA229 « Pantins pour l’inclusion », dans sa qualité d’école partenaire dans le Consortium DEOR.

  Pendant le mois de septembre 2019, s’est déroulée la première activité – la présentation du projet, dans le cadre de la rencontre des professeurs et à l’occasion de l’atelier organisé dans le CDI de l’école. On a présenté le site du projet et la page de socialisation, en mentionnant les partenaires, les objectifs, la période de déroulement, les plates-formes de travail. De plus, toute nouvelle liée au projet a été postée ou distribuée dans le Groupe des cadres didactiques de l’Ecole Numéro 1, village de Văleni.

   Au cours du mois d’octobre 2019, on a organisé l’atelier de création artistique avec le thème « Le Jeu des Marionnettes ».

   Les membres de l’équipe du projet ont surveillé les enfants de la maternelle, des cycles primaire et secondaire, dans la réalisation des marionnettes dans le cadre des ateliers créatifs.

   Pour la réalisation de ces produits, on a utilisé des idées originales et des matériaux recyclables variés, tout en mettant l’accent sur le développement du sens artistique et de la créativité. Dans la projection des activités, on a envisagé aussi l’éducation pour la protection de l’environnement.

   L’objectif général proposé a été l’intégration des patins pendant les classes, ayant comme but l’amélioration de la mémoire verbale, de la perception corporelle, de l’attention.

       On a eu le bonheur de constater que les enseignés ont participé avec intérêt et enthousiasme aux activités, y compris des enfants des milieux défavorisés, avec des problèmes comportementaux et d’adaptation aux requêtes de l’école.       

On considère unanimement que l’atelier de réalisation des patins a été un vrai succès !

Gabriela Lisievici – Coordinateur DEOR, L’Ecole numéro 1 de Văleni (Vaslui)

Read more / CONTINUEZ LA LECTURE

Mystère et art pur – modeler des marionnettes

Nous vous invitons à découvrir un petit bout de l’univers remarquable et fascinant de la sculpture des marionnettes, dans l’atelier du professeur Nicu Brașoveanu.

L’œuf primordial qui commence à bouger…

C’est ce que les élèves vont apprendre pendant l’échange de Vaslui, dans le cadre d’un atelier unique qui leur dévoilera un métier tout aussi ancien que l’humanité – la poterie : ils apprendront comment modeler des têtes des pantins et les transformer en petits bijoux en céramique.

Le contour qui prend forme…

Jusqu’alors, regardons des yeux émerveillés les petits chefs-d’œuvre qui prennent contour. Vous vous imaginez les spectacles qu’elles donneront, les personnages qu’elles joueront, les caractères qu’elles suggéreront ?

L’argile qui donne naissance au pantin…
Lisez Plus…