Tag Archives: pantins

De nouveau à l’école / Back to school

Après une longue période d’attente et de doutes, les élèves de l’École de Pungești sont de retour à l’école ! Dire qu’ils n’auraient jamais souhaité de si bon cœur qu’ils reviennent à l’école, que le projet Erasmus+ « Pantins pour l’inclusion » redémarre de toute sa force !

À la fois avec les cours de préparation de l’Évaluation Nationale, les revoilà dans leurs bancs pour refaire un parcours : les répétitions des pièces avec pantins qui avaient été préparées pour la réunion qui aurait dû se passer au Chypre au début du mois de Mai. Cette réunion a été ajournée pour le mois d’Octobre 2020, à la suite des négociations qui se sont produites durant les visioconférences des partenaires.

Avec un nouvel espoir, doués d’un nouvel enthousiasme, les élèves de cette école rurale continuent à tisser leurs rêves, leurs futurs voyages et les contes des pantins.

Bon départ… prêts ? Partez !


After a long period of waiting and doubts, the students of Pungești School are back in school! To say that they would never have wished with such a good heart that they would return to school, that the Erasmus + project “Pantins for inclusion” will restart with all its might!

At the same time with the preparation courses for the National Assessment, they are back in their benches to redo a course: the rehearsals of the pieces with puppets which had been prepared for the meeting which should have taken place in Cyprus at the beginning of May . This meeting was adjourned for October 2020, following negotiations that took place during the partners’ videoconferences.

With new hope, gifted with new enthusiasm, the students of this rural school continue to weave their dreams, their future journeys and the tales of puppets.

Good start… ready? Go!

Court-métrage – De nouveau, à l’école avec nos pantins!

Message for the pupils from the project teams – WE WAIT FOR YOUR PRESENTATIONS!

Iată un excelent exemplu de rezolvare creativă a temei la franceză: prezentarea intitulată „Mes vacances de Pâques… autrement”! Maricela Enache, elevă în clasa a 7-a la Liceul Teoretic „Mihail Kogălniceanu” Vaslui, membră a echipei de proiect a Proiectului Erasmus+ KA229 „Pantins pour l’inclusion”, actriță a trupei „Teatrul Nostru * Notre Théâtre * Our Theater” vă propune viziunea sa – o prezentare cu totul specială!

En voilà un excellent exemple de créativité dans la réalisation du devoir au français ; la présentation intitulée « Mes vacances de Pâques… autrement » ! Maricela Enache, élève en 7ème classe au Lycée Théorique « Mihail Kogălniceanu » de Vaslui, membre de l’équipe du Projet Erasmus+ KA229 „Pantins pour l’inclusion”, actrice de la troupe „Teatrul Nostru * Notre Théâtre * Our Theater” vous propose sa vision – une présentation tout à fait spéciale !

Here is an excellent example of creativity in the realization of the homework for the French class; the presentation entitled “My Easter holidays… otherwise”! Maricela Enache, pupil in 7th class at the Theoretical High School “Mihail Kogălniceanu” of Vaslui, member of the Erasmus + KA229 project team “Pantins for inclusion”, actress of the troop „Teatrul Nostru * Our Theater * Our Theater” offers you his vision – a very special presentation!

« Pantins pour l’inclusion » au Lycée Théorique « Emil Racoviță » de Vaslui : un nouveau jardin extraordinaire

Mardi, le 10 mars 2020 : un jour assez morose au début, placé sous le signe des peurs contemporaines. Mais le soleil allait ressortir des nuages lors d’une activité tout à fait particulière, soigneusement préparée par les professeures de français et d’espagnol de la chaire de langues romanes du Lycée Théorique « Emil Racoviță » de Vaslui .

            Cette année scolaire (2019-2020), on a introduit le thème de l’apprentissage ludique des langues, de l’apprentissage créatif basé sur des ateliers de production textuelles et sur le théâtre des pantins, grâce au projet Erasmus+ « Pantins pour l’inclusion », dans toutes les activités pédagogiques semestrielles communes qu’on doit organiser lors des réunions pédagogiques avec les professeurs de langues modernes du département de Vaslui. C’est pour ce faire que, pour le deuxième semestre de l’année scolaire, le rôle d’hôte a été rempli par nos collègues, les professeures Oana Ponea, Gina Budaca, Monica Sprîncenatu et Gabriela Tofan.

            La première impression sur place, avant le début de l’activité : excellente – c’était clairement du sérieux, du travail dur, du talent et de l’investissement personnel. Ensuite : exposition des pantins, bien des couleurs, explosion de créativité, supports et matériels divers (cuillers en bois, brosses, poupées cousues à la main, décors et paravent peints extraordinairement beau). Tout s’est parfaitement enchaîné ensuite pour rendre au public ce qu’il y avait à transmettre : l’émotion pure, la joie de jouer du théâtre « autrement », la musique excellemment chantée… C’est pourquoi nous est-il venu à l’esprit « le jardin extraordinaire » prévertien, on a en fait assisté au fleurissement d’un nouveau jardin extraordinaire, peuplé de beaux élèves, de jolis pantins et d’un esprit heureux d’une enfance férue du théâtre et de l’étude des langues.

Par la suite, nous vous offrons quelques témoignages pris « au chaud » des professeures et des élèves impliqués, en français, en roumain et en espagnol :

Le film documentaire de cette superbe rencontre théâtrale

Oana Ponea, professeure de français au Lycée Théorique « Emil Racoviță » Vaslui :

               « Agréablement surprise par le désir des élèves de s’impliquer dans un projet intitulé “Pantins pour l’inclusion”, je me suis dit que la réunion pédagogique des professeurs de langues romanes de ma ville pourrait être une bonne occasion de confectionner des marionnettes, de les faire parler, chanter, danser bref, de leur donner vie.

            Mais, comment le faire, quand, par qui, en quoi ? Voilà autant de questions sans réponse pour moi, qui n’ai jamais été ni quelqu’un de très pratique, ni chanteuse, danseuse, ni metteur en scène. Ce qu’on ne saurait dire de nos étudiants, eux, les ados de nos jours, qui osent s’impliquer dans de nouvelles provocations. Et j’ai pu constater qu’ils ont de belles idées mais, ce qu’il y a de plus important, c’est qu’ils souhaitent se faire remarquer et apprécier par les autres. En fait, c’est à eux qu’appartient l’idée de spectacle, de distraction, d’amusement. La France a un incroyable talent est devenu l’opportunité de se mieux connaître soi-même et aussi de s’inventer, de faire travailler son imagination. C’est le cas du choix de la chanson Ego, qui suggère l’idée de masque, de quelque chose de caché, d’alter ego. Fabriquer des pantins est synonyme de coopération, d’inclusion, mais aussi de divertissement. Et pourtant, derrière le spectacle, j’estime qu’on peut trouver le côté pédagogique de l’activité : elle est facile à exploiter quand on enseigne la phrase interrogative, l’impératif, les actes de parole, le futur simple.

SUITE DE L’ARTICLE / CONTINUARE

DEOR : Février 2020, Ecole « Tudor Arghezi » Năvodari, Roumanie

Nous vous présentons le matériel réalisé par la professeure de français Adriana Pătrașcu avec des élèves de 12-13 ans, de la deuxième année d’étude de français . Comme l’inclusion est le mot clé de notre projet, on a pensé de créer une petite scène avec pantins pour impliquer tous les élèves de la classe, avec leurs marionnettes.

La production a été vraiment ce qu’on attendait, les enfants ont bien reçu la proposition de la scénette et ils ont été vraiment enthousiastes. Voilà le petit film de cette pièce !

Affiche créée par les élèves de l’Ecole «Tudor Arghezi» Năvodari, Roumanie

DEOR: Les petits théâtres en papier en classe de FLE

Les théâtres en papier sont assez vieux, ils étaient beaucoup utilisés à l’époque où il n’y avaient pas d’écrans, de journaux, de photos. Il semble que le théâtre d’ombres est apparu en Egypte. Les spectacles représentaient un divertissement pour la population, pour les enfants, mais ces spectacles étaient aussi joués devant les empereurs ou les nobles de divers pays.
Les artistes présentaient des morceaux de légendes, des évènements historiques dont ils manipulaient quelquefois l’intrigue en fonction du public qui les regardaient. A part leur fonction divertissante, il est envisageable aussi d’imaginer un rôle de transmission, de communication des nouveautés, d’une façon plus ou moins subjective. Ils ont assuré la circulation des chansons populaires, des légendes ou des contes et des pièces religieuses, ayant aussi un important rôle dans l’éducation du peuple des villes et des villages jusqu’à la fin du XIXe siècle.
Par rapport aux nouvelles technologies de la communication, on pourrait dire que le théâtre rapprochait les gens, présentait des réalités que chacun pouvait comprendre et intégrer dans son univers d’informations. Les nouvelles technologies ont une fonction différente, les réseaux sociaux offrant des possibilités illimités de communication virtuelle, séparant pourtant les gens qui préfèrent rester cachés par les écrans. Il est donc bien de réintégrer certaines méthodes anciennes, en offrant de l’espace au jeu, au bricolage et à l’initiative en classe de FLE.
Les théâtres en papier sont plus accessibles aux élèves du collège, qui peuvent les construire seuls, n’ayant pas besoin de fournitures spéciales. Lorsque j’ai proposé aux élèves de notre collège de créer un théâtre de marionnettes, ils ont été peu attirés par l’idée, me disant que les marionnettes ne sont plus pour leur âge. Les élèves de 12 à 13 ans ont commencé pourtant à s’y intéresser et ils ont utilisé des boites en carton pour improviser des dialogues. Leurs marionnettes sont en papier, ils les manègent à l’aide de fines baguettes en bois. Les élèves dans la classe deviennent vite leurs spectateurs et bien que leur niveau de français ne leur permette pas encore d’écrire des saynètes plus longues, ils réussissent à capter l’attention du public et de faire parler leurs acteurs en carton.
Ce que je trouve fascinant est le fait qu’ils ont vite intégré cette activité dans leur étude du français, ils ont commencé à utiliser les marionnettes et les théâtres en papier dès que l’enseignant leur a offert l’occasion. Lorsque les thèmes de vocabulaire se prêtent au jeu et au dialogue, ils attirent l’attention par une boite – scène improvisée qui attend patiente sur le pupitre l’intervention de l’enseignant. Chaque fois je suis contente de toute idée ou mise en œuvre qui suscite l’intérêt des élèves pour l’étude du français, le fait qu’ils aiment apporter leurs créations en classe pour s’exprimer en français est une grande conquête. Ça veut dire que pour eux le français a un côté ludique, que cette langue nouvelle, puisqu’ils l’apprennent depuis une année et demie, ne leur fait pas peur. Un autre avantage est le fait qu’ils réussissent à créer des univers en bricolant, et qu’ils trouvent des situations pour mettre en lumière leurs créations sans que l’enseignant la leur demande.
Les marionnettes en carton ne nécessitent pas des heures de travail et offrent la possibilité de jouer à même temps qu’apprendre. Elles donnent l’occasion de travailler en équipe, de se rencontrer pour confectionner le matériel, la scène et les décors, ce qui fait que le processus d’apprendre devient plus intéressant et la langue étrangère est vraiment mise en situation réelle de fonctionnement.
Nos élèves ont utilisé pour confectionner leurs théâtres en papier le livre « Mes petits théâtres à construire » par Lise Herzog, qui présente des moyens de construire des théâtres en boite, des cirques animés et un petit théâtre d’ombres. Pour chaque activité présentée ce petit livre offre plein d’instructions et spécifique le matériel nécessaire, si bien que même s’il est écrit en français les élèves ayant un niveau A1 ont réussi à comprendre et à suivre les instructions. Ils ont trouvé le livre parmi les livres reçus dans le cadre du projet ADIFLOR que nous avons commencé en décembre 2019, et ils ont vite commencé à utiliser les informations, déjà mettant en scène deux petits spectacles. Pour les pièces ils ont encore des difficultés à écrire en français, mais ils ont commencé à faire des progrès.

DEOR: janvier 2020, Olteni, Teleorman, Roumanie

Vă prezentăm cele mai noi activități ale partenerilor din Olteni (Teleormani), în cadrul Consorțiului DEOR al proiectului Erasmus+ “Pantins pour l’inclusion”.

Nous vous présentons les productions les plus récentes de nos partenaires DEOR de l’Ecole d’Olteni (Teleorman, Roumanie).

Piese de teatru/adaptări pentru scenă de la Olteni (link)

Lisez plus

Selecția pentru participarea la reuniunile de proiect din Cipru (3-9 mai 2020)

   În perioada 3-9 mai 2020, se vor desfășura două din evenimentele internaționale ale proiectului Erasmus+ KA229 „Pantins pour l’inclusion”: evenimentul comun de formare a personalului și schimbul de elevi de scurtă durată din Cipru, în instituția parteneră – Gymnasium of Livadia.

Conform bugetului aprobat, vor participa 6 elevi și un profesor însoțitor din echipa de proiect (la schimbul de elevi) și trei profesori din echipa de management a proiectului (la evenimentul de formare a personalului).

   În săptămâna 20-24 ianuarie 2020, se va realiza selecția participanților la aceste evenimente internaționale, iar rezultatele vor fi anunțate pe site-ul oficial al proiectului, https://pantins.ro și pe site-ul oficial al instituției, http://lmkvs.ro , pe 24 ianuarie 2020.

CRITERII DE SELECTIE si anuntarea candidaturii

Slogans du projet: Miruna Cretu

Miruna Crețu est élève en septième classe au Lycée Théorique « Mihail Kogălniceanu ». Elle a beaucoup aimé s’impliquer depuis le début dans le projet : elle a réalisé des poupées pour les spectacles mis en scène en langue française (« L’école des magiciens » et « La princesse ensorcelée »), elle a joué le rôle de la princesse, elle a participé au Festival de Théâtre Bilingue où « Notre Théâtre * Teatrul Nostru * Our Theater » a remporté le Grand Prix de la section en langue française. Elle joue aussi un rôle dans la production la plus récente du projet, mais hélas, comme il s’agit d’une première, on garde encore un peu le secret.

Miruna a participé aussi à l’illustration des slogans du projet : elle a écrit un scénario assez sophistiqué et elle l’a mis en images pour en obtenir un beau film d’animation que voici. Elle a ainsi illustré le slogan : «L’amour pour autrui change le monde ».

Frosinone : Les élèves au boulot!

En utilisant les activités d’apprentissage proposées pendant la première rencontre en Roumanie dans le projet Erasmus+ “Pantins pour l’Inclusion”, les petits élèves du Collège IC Frosinone 3, ont réalisé de beaux pantins. Par ce travail ils ont mis en jeu leurs compétences manuelles et la langue française. Peu à peu, les multiples dimensions de cette coopération se sont révélées ; rendre les élèves sujets de leurs activités, de leurs choix esthétiques ou techniques et des apprentissages qui y sont lies, a été une expérience formidable. De cette façon ils sont entrés dans la culture d’une langue nouvelle en s’amusant et enfin en réalisant des œuvres agréables.  Cet effort a permis d’engager les élèves dans une activité langagière, travail du corps et production d’un texte à jouer.