Tag Archives: DEOR

DEOR: Les petits théâtres en papier en classe de FLE

Les théâtres en papier sont assez vieux, ils étaient beaucoup utilisés à l’époque où il n’y avaient pas d’écrans, de journaux, de photos. Il semble que le théâtre d’ombres est apparu en Egypte. Les spectacles représentaient un divertissement pour la population, pour les enfants, mais ces spectacles étaient aussi joués devant les empereurs ou les nobles de divers pays.
Les artistes présentaient des morceaux de légendes, des évènements historiques dont ils manipulaient quelquefois l’intrigue en fonction du public qui les regardaient. A part leur fonction divertissante, il est envisageable aussi d’imaginer un rôle de transmission, de communication des nouveautés, d’une façon plus ou moins subjective. Ils ont assuré la circulation des chansons populaires, des légendes ou des contes et des pièces religieuses, ayant aussi un important rôle dans l’éducation du peuple des villes et des villages jusqu’à la fin du XIXe siècle.
Par rapport aux nouvelles technologies de la communication, on pourrait dire que le théâtre rapprochait les gens, présentait des réalités que chacun pouvait comprendre et intégrer dans son univers d’informations. Les nouvelles technologies ont une fonction différente, les réseaux sociaux offrant des possibilités illimités de communication virtuelle, séparant pourtant les gens qui préfèrent rester cachés par les écrans. Il est donc bien de réintégrer certaines méthodes anciennes, en offrant de l’espace au jeu, au bricolage et à l’initiative en classe de FLE.
Les théâtres en papier sont plus accessibles aux élèves du collège, qui peuvent les construire seuls, n’ayant pas besoin de fournitures spéciales. Lorsque j’ai proposé aux élèves de notre collège de créer un théâtre de marionnettes, ils ont été peu attirés par l’idée, me disant que les marionnettes ne sont plus pour leur âge. Les élèves de 12 à 13 ans ont commencé pourtant à s’y intéresser et ils ont utilisé des boites en carton pour improviser des dialogues. Leurs marionnettes sont en papier, ils les manègent à l’aide de fines baguettes en bois. Les élèves dans la classe deviennent vite leurs spectateurs et bien que leur niveau de français ne leur permette pas encore d’écrire des saynètes plus longues, ils réussissent à capter l’attention du public et de faire parler leurs acteurs en carton.
Ce que je trouve fascinant est le fait qu’ils ont vite intégré cette activité dans leur étude du français, ils ont commencé à utiliser les marionnettes et les théâtres en papier dès que l’enseignant leur a offert l’occasion. Lorsque les thèmes de vocabulaire se prêtent au jeu et au dialogue, ils attirent l’attention par une boite – scène improvisée qui attend patiente sur le pupitre l’intervention de l’enseignant. Chaque fois je suis contente de toute idée ou mise en œuvre qui suscite l’intérêt des élèves pour l’étude du français, le fait qu’ils aiment apporter leurs créations en classe pour s’exprimer en français est une grande conquête. Ça veut dire que pour eux le français a un côté ludique, que cette langue nouvelle, puisqu’ils l’apprennent depuis une année et demie, ne leur fait pas peur. Un autre avantage est le fait qu’ils réussissent à créer des univers en bricolant, et qu’ils trouvent des situations pour mettre en lumière leurs créations sans que l’enseignant la leur demande.
Les marionnettes en carton ne nécessitent pas des heures de travail et offrent la possibilité de jouer à même temps qu’apprendre. Elles donnent l’occasion de travailler en équipe, de se rencontrer pour confectionner le matériel, la scène et les décors, ce qui fait que le processus d’apprendre devient plus intéressant et la langue étrangère est vraiment mise en situation réelle de fonctionnement.
Nos élèves ont utilisé pour confectionner leurs théâtres en papier le livre « Mes petits théâtres à construire » par Lise Herzog, qui présente des moyens de construire des théâtres en boite, des cirques animés et un petit théâtre d’ombres. Pour chaque activité présentée ce petit livre offre plein d’instructions et spécifique le matériel nécessaire, si bien que même s’il est écrit en français les élèves ayant un niveau A1 ont réussi à comprendre et à suivre les instructions. Ils ont trouvé le livre parmi les livres reçus dans le cadre du projet ADIFLOR que nous avons commencé en décembre 2019, et ils ont vite commencé à utiliser les informations, déjà mettant en scène deux petits spectacles. Pour les pièces ils ont encore des difficultés à écrire en français, mais ils ont commencé à faire des progrès.

DEOR: janvier 2020, Olteni, Teleorman, Roumanie

Vă prezentăm cele mai noi activități ale partenerilor din Olteni (Teleormani), în cadrul Consorțiului DEOR al proiectului Erasmus+ “Pantins pour l’inclusion”.

Nous vous présentons les productions les plus récentes de nos partenaires DEOR de l’Ecole d’Olteni (Teleorman, Roumanie).

Piese de teatru/adaptări pentru scenă de la Olteni (link)

Lisez plus

DEOR Fundu Văii School (Lipovăț, Vaslui): Learning English with puppets

We present you a little movie with a little puppets play made while they learn English by the pupils from the General School of Fundu Văii, Lipovăț village, Vaslui department, member of our DEOR Consortium. The actors: Macovei Luciana 8th form, Chiriac Denis 6th form, Lebada Daniel 5th form.

Folk puppets from Moldavia

DEOR: Un nou stagiu de formare “IF Profs” la Cahul (Republica Moldova)

      Pe 29 ianuarie 2020, s-a desfășurat o nouă etapă a formării multianuale a profesorilor de limba franceză din raionul Cahul, Republica Moldova, prilejuită de continuarea cursului „IF Profs”, pe marginea exploatării platformei omonime a Institutului Francez. Cursul este validat de Institutul Francez din București și s-a desfășurat în cadrul Acordului de Cooperare aflat în derulare între Inspectoratul Școlar Județean Vaslui și Direcția Raională Învățământ Cahul. Ca și la prima parte a cursului, formator a fost inspectorul școlar de limbi moderne Alexandru Mîță, unul din cei trei administratori naționali ai platformei IF Profs Roumanie.

   Organizatorii locali au dat dovadă de același entuziasm cu care s-au implicat în parteneriatul complex cu Inspectoratul Școlar Județean Vaslui, mai ales că, de data aceasta, gazda cursului a fost noul Centru Cultural Francez din Cahul, găzduit în spațiul pus cu generozitate la dispoziție de Liceul Teoretic „Ion Creangă” din Cahul. Este chiar primul curs de formare organizat în această casă nouă a Francofoniei moldovenești! Domnul Valeriu Baban, șeful Direcției Generale Învățământ Cahul a subliniat, în discursul adresat participanților la curs, importanța Acordului bilateral aflat în derulare și faptul că Inspectoratul Școlar Județean Vaslui este cel mai serios și mai constant partener educațional al Direcției Generale Învățământ Cahul, în cei patru ani scurși de la semnarea documentului oficial având loc simpozioane internaționale, cursuri de formare, mese rotunde, activități pedagogice deschise, două ediții ale Simpozionului Internațional de Arheologie Didactică, proiecte în parteneriat bilateral desfășurate între instituții de învățământ din cele două părți ale Prutului.

   După prezentarea funcționalităților platformei IF Profs, în partea a doua a formării, accentul s-a deplasat pe creșterea motivației elevilor în învățarea limbii franceze, cursanților oferindu-li-se exemplul proiectului Erasmus+ KA229 „Pantins pour l’inclusion”, coordonat de însuși formatorul Alexandru Mîță (pentru Liceul Teoretic „Mihail Kogălniceanu” Vaslui, în parteneriat european cu Escola EB 2,3 de Vialonga, Portugalia, Sculoa Media Frosninone 3 din Frosinone, Italia; Gymnasium of Livadia din Cipru și Școala Gimnazială nr. 1 Pungești, județul Vaslui). Toți participanții la formare au fost invitați să se alăture Consorțiului de diseminare și exploatare a rezultatelor (DEOR) proiectului Erasmus+ KA229 „Pantins pour l’inclusion”, organism foarte activ din care fac parte deja 30 de școli din Republica Moldova, 40 de școli din 15 județe ale României și 30 de școli din județul Vaslui. Ca exemplu de bună practică în limba franceză predată cu ajutorul teatrului de animație, li s-a oferit cursanților vizionarea și analiza spectacolelor „La Princesse Ensorcelée” și „L’Ecole des Magiciens” (piese prezentate în mai multe spectacole ale Trupei „Notre Théâtre * Teatrul Nostru * Our Theater”) după care s-a trecut la desfășurarea unui atelier teatral motivațional de creare a unor scenete cu personaje ale „Notre Théâtre”, din care vă prezentăm câteva momente esențiale, marcate de umor, creativitate, competență lingvistică și talent.

DEOR: L’amitié est toujours dans le vent

Adela DIMOV ( Collège National « Nicolae Bălcescu » de Brăila , Roumanie)

   Le harcèlement est de plus en plus présent dans les écoles de Roumanie. Au niveau européen, notre pays occupe la troisième place dans le classement des 42 pays où l’on a analysé ce phénomène. Selon un rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (l’OMS), 17% enfants de 11 ans ont avoué avoir agressé d’autres élèves au moins trois fois, le mois précédent, le pourcentage de ceux de 13 ou de 15 ans étant de 23%. Les données les plus récentes traitées par le Ministère de l’Éducation Nationale (MEN) pour l’année scolaire 2017-2018 confirment les 18.783 cas de violence au niveau national.

   Au cadre du projet Erasmus+ « Pantins pour l’inclusion » 2019-2021, les élèves de la XIe B du Collège National « Nicolae Bălcescu » de Brăila, coordonnés par les professeures Adela Dimov et Florentina Poenaru, ont mis en scène le spectacle « L’amitié est toujours dans le vent », une pièce de théâtre aux marionnettes. Par cette action, on a voulu attirer l’attention sur l’ampleur du harcèlement dans les écoles de Roumanie.

   Les principaux objectifs du projet des élèves de la XIe B ont été:

Les élèves de la XIe B du Collège National « Nicolae Bălcescu » de Brăila, coordonnés par les professeures Adela Dimov et Florentina Poenaru, ont mis en scène le spectacle « L’amitié est toujours dans le vent », une pièce de théâtre aux marionnettes.
  • La prise de conscience du niveau élevé de manifestation des comportements de harcèlement entre les enfants et des conséquences négatives graves de ce phénomène sur leur développement émotionnel;
  •  La prise de conscience de la nécessité d’intervention intégrée école-famille-enfant, en vue de la création d’une ambiance positive dans l’école, une condition nécessaire à la gestion des comportements de harcèlement;
  • L’information des enfants quant à leur rôle essentiel dans la défense des victimes du  harcèlement et leur réaction face aux situations de harcèlement.

   Ainsi, nos élèves ont-ils confectionné les marionnettes et la scène sur laquelle le spectacle s’est déroulé. Ils ont écrit le scénario de la pièce, inspiré d’un fait réel, d’un groupe qu’ils fréquentaient. Bien que cela ait été un nouveau défi pour eux, ils l’ont accepté avec enthousiasme dès le premier moment. Ils ont travaillé en équipe, guidés par leur esprit de jeunesse, avec beaucoup de plaisir, passion et joie. Malgré la difficulté des activités déroulées pour la transmission de ce message fort sérieux, ils ne s’en sont jamais plaints. Les élèves ont fait preuve d’un esprit civique responsable, digne de citoyens européens.

   Bref, le spectacle raconte les sentiments d’une nouvelle collègue, qui est maltraitée et intimidée chaque jour par la soi-disant « reine de l’école ». Au moment où les agressions impliquent des attaques physiques, le groupe d’élèves prend position. L’agresseur est remis à sa place et le comportement de harcèlement est arrêté. L’ambiance du groupe redevient calme et agréable, la nouvelle élève étant acceptée par tous les enfants. L’amitié et la gentillesse triomphent, car  « L’amitié est toujours dans le vent ».

COLEGIUL NAȚIONAL CATOLIC ”SF. IOSIF”, Bacău Créations pour le projet (Consortium DEOR)

Chers intervenants dans le projet, on vous souhaite une nouvelle année 2020 resplendissante de joie et fleurissante de santé, d’imagination, de bonheur!

On vous a promis une surprise… chimique, mais, voilà, les artistes peintres de notre lycée ont fait plus vite, sous la coordination inspirante de leur professeur d’arts plastiques Valentina Mărăndoiu.  Nos élèves ont joué en couleurs sur les sentiments et l’expression du visage, sur le positif et le négatif, sur la lumière et les ténébres, dans des toiles qui éveilleront, on espère, votre imagination et votre émotion. Tout comme les pantins, ces tableaux sont des miroirs intérieurs qui veulent vous transmettre un message puissant sur l’importance de communiquer, de partager, de donner et chercher de l’aide pour ne pas perdre ou pour retrouver son nord.

PARLER SENTIMENTS, ce n’est pas toujours facile! La finalité de cette démarche est de nous donner le courage d’en parler, d’accepter notre âme profonde et les divers défis à surmonter quel que soit notre âge ou notre expérience de la vie.
Pour apprendre davantage sur la musique de la présentation Marble Machine (en style folktronica – genre musical qui incorpore musique folk et électronique – et pop expérimental), vous avez un lien supplémentaire.  

Si vous aimez, donnez un signe, laissez un mot d’encouragement!

Prof. coordinateur Dana Floareș

DEOR La Fête du Noël avec pantins au Collège National «Andrei Șaguna» Brașov, Roumanie, Décembre 2019

Nous vous invitons à découvrir une originale Scène avec pantins des élèves de la 8e classe présentée à la Fête du Noël du Collège National « Andrei Șaguna » Brașov, Roumanie, Décembre 2019. La mise en scène appartient à la professeure Alina Clinciu, coordinatrice DEOR.

Toutes nos félicitations pour cette belle idée et cette jolie présentation !

Le court-métrage que nous vous présentons a été réalisé dans le Consortium DEOR du Projet Erasmus+ « Pantins pour l’inclusion ».

Nous vous offrons aussi une fiche didactique téléchargeable avec le texte de la petite pièce de théâtre présentée à cette occasion.

December 2019. Activity at Letea Veche (Bacău, Romania) DEOR parter school

Puppets?!?

My pupils were very excited and curious to find out the next step, what will they have to do next? When I pronounced the word puppets, I saw different reactions, from excitement to confusion.
“Puppets, miss? What shall we do? How, when, why?”
Yes, they had lots and lots of questions. After I managed to explain to them what they have to do, the magic happened. They all started:
“Miss, I’m going to talk about children that are bullied at school.”
“I’m going to talk about a little girl that has no family.” and so on, and so far.
I was simply dazzled by the results, I couldn’t have asked for more. Seeing their faces glow and their excitement grow bigger as their projects were catching life, my heart grew bigger and bigger with joy and love and hope for my little ones. They worked on modal verbs using can/can’t, must/mustn’t, should/shouldn’t, or different figures of style from impersonation to comparison. We had a blast!
I truly believe the world will be a better one because of them!

by Ioana-Alexandra Sion, Letea Veche Secondary School

DEOR. Nouvelles productions. Colegiul Național Catolic «Sf. Iosif» Bacău/Collège National Catholique «St. Joseph» Bacău – Roumanie

Chers participants,
Élèves et professeurs de notre lycée, on prend beaucoup de plaisir à travailler dans le projet Erasmus+ Pantins pour l’inclusion. C’est un vrai plaisir, une vraie joie! Nous vous envoyons quelques-unes de nos dernières productions: photos et poèmes.
On espère que notre travail vous plaira et que vous nous encouragerez.
De plus, on peut vous dire que nous avons déjà établi un calendrier pour les séquences pédagogiques dont vous allez voir la première ce mois, en décembre. Il s’agit d’un expériment pour la classe de chimie, mais pour le moment on ne va dire rien de plus pour ne pas gâcher la surprise.
Meilleurs vœux et salutations de Bacău-Roumanie!


(Prof. coordonnateur, Dana Floareș)

Consortium DEOR du projet * Lycée “Voievodul Mircea” de Târgoviște (département de Dâmbovița, Roumanie)

Notre lycée, c’est « Voievodul Mircea (Le Voïvode Mircea) » de Târgoviște, Dâmbovița . C’est un grand lycée, avec beaucoup d’élèves et un parc tout aussi grandiose.

Mes apprentis ont été enchantés à l’idée de confectionner des pantins. Tout cela s’est passé pendant le week-end, quand ils ont travaillé à l’aise chez eux.

Pour eux, les pantins sont des objets qui représentent la voix de leur imagination et qu’on peut manœuvrer à tout moment en toute liberté.

Nous vous offrons quelques images avec leurs créations, ci-joint.

(Raluca Zamfirescu, coordinatrice DEOR)