Tag Archives: théâtre

« Pantins pour l’inclusion » au Lycée Théorique « Emil Racoviță » de Vaslui : un nouveau jardin extraordinaire

Mardi, le 10 mars 2020 : un jour assez morose au début, placé sous le signe des peurs contemporaines. Mais le soleil allait ressortir des nuages lors d’une activité tout à fait particulière, soigneusement préparée par les professeures de français et d’espagnol de la chaire de langues romanes du Lycée Théorique « Emil Racoviță » de Vaslui .

            Cette année scolaire (2019-2020), on a introduit le thème de l’apprentissage ludique des langues, de l’apprentissage créatif basé sur des ateliers de production textuelles et sur le théâtre des pantins, grâce au projet Erasmus+ « Pantins pour l’inclusion », dans toutes les activités pédagogiques semestrielles communes qu’on doit organiser lors des réunions pédagogiques avec les professeurs de langues modernes du département de Vaslui. C’est pour ce faire que, pour le deuxième semestre de l’année scolaire, le rôle d’hôte a été rempli par nos collègues, les professeures Oana Ponea, Gina Budaca, Monica Sprîncenatu et Gabriela Tofan.

            La première impression sur place, avant le début de l’activité : excellente – c’était clairement du sérieux, du travail dur, du talent et de l’investissement personnel. Ensuite : exposition des pantins, bien des couleurs, explosion de créativité, supports et matériels divers (cuillers en bois, brosses, poupées cousues à la main, décors et paravent peints extraordinairement beau). Tout s’est parfaitement enchaîné ensuite pour rendre au public ce qu’il y avait à transmettre : l’émotion pure, la joie de jouer du théâtre « autrement », la musique excellemment chantée… C’est pourquoi nous est-il venu à l’esprit « le jardin extraordinaire » prévertien, on a en fait assisté au fleurissement d’un nouveau jardin extraordinaire, peuplé de beaux élèves, de jolis pantins et d’un esprit heureux d’une enfance férue du théâtre et de l’étude des langues.

Par la suite, nous vous offrons quelques témoignages pris « au chaud » des professeures et des élèves impliqués, en français, en roumain et en espagnol :

Le film documentaire de cette superbe rencontre théâtrale

Oana Ponea, professeure de français au Lycée Théorique « Emil Racoviță » Vaslui :

               « Agréablement surprise par le désir des élèves de s’impliquer dans un projet intitulé “Pantins pour l’inclusion”, je me suis dit que la réunion pédagogique des professeurs de langues romanes de ma ville pourrait être une bonne occasion de confectionner des marionnettes, de les faire parler, chanter, danser bref, de leur donner vie.

            Mais, comment le faire, quand, par qui, en quoi ? Voilà autant de questions sans réponse pour moi, qui n’ai jamais été ni quelqu’un de très pratique, ni chanteuse, danseuse, ni metteur en scène. Ce qu’on ne saurait dire de nos étudiants, eux, les ados de nos jours, qui osent s’impliquer dans de nouvelles provocations. Et j’ai pu constater qu’ils ont de belles idées mais, ce qu’il y a de plus important, c’est qu’ils souhaitent se faire remarquer et apprécier par les autres. En fait, c’est à eux qu’appartient l’idée de spectacle, de distraction, d’amusement. La France a un incroyable talent est devenu l’opportunité de se mieux connaître soi-même et aussi de s’inventer, de faire travailler son imagination. C’est le cas du choix de la chanson Ego, qui suggère l’idée de masque, de quelque chose de caché, d’alter ego. Fabriquer des pantins est synonyme de coopération, d’inclusion, mais aussi de divertissement. Et pourtant, derrière le spectacle, j’estime qu’on peut trouver le côté pédagogique de l’activité : elle est facile à exploiter quand on enseigne la phrase interrogative, l’impératif, les actes de parole, le futur simple.

SUITE DE L’ARTICLE / CONTINUARE

AE Vialonga – Portugal: Le Coq de Barcelos

Voici le petit théâtre des élèves de la 4ème année de l’école primaire de Vialonga, réalisé dans le projet Erasmus+ « Pantins pour l’inclusion » au mois de février 2020.  Les professeures Elisabete Lourenço et Sofia Fonseca ont travaillé avec les petits enfants l’histoire traditionnelle portugaise “Le Coq de Barcelos ” en portugais et en anglais.

Réjouissez-vous de cette petite pièce aux pantins en papier des élèves portugais !

The Legend of the Rooster of Barcelos (English version)
A lenda do Galo de Barcelos (version portugaise)

DEOR: Les petits théâtres en papier en classe de FLE

Les théâtres en papier sont assez vieux, ils étaient beaucoup utilisés à l’époque où il n’y avaient pas d’écrans, de journaux, de photos. Il semble que le théâtre d’ombres est apparu en Egypte. Les spectacles représentaient un divertissement pour la population, pour les enfants, mais ces spectacles étaient aussi joués devant les empereurs ou les nobles de divers pays.
Les artistes présentaient des morceaux de légendes, des évènements historiques dont ils manipulaient quelquefois l’intrigue en fonction du public qui les regardaient. A part leur fonction divertissante, il est envisageable aussi d’imaginer un rôle de transmission, de communication des nouveautés, d’une façon plus ou moins subjective. Ils ont assuré la circulation des chansons populaires, des légendes ou des contes et des pièces religieuses, ayant aussi un important rôle dans l’éducation du peuple des villes et des villages jusqu’à la fin du XIXe siècle.
Par rapport aux nouvelles technologies de la communication, on pourrait dire que le théâtre rapprochait les gens, présentait des réalités que chacun pouvait comprendre et intégrer dans son univers d’informations. Les nouvelles technologies ont une fonction différente, les réseaux sociaux offrant des possibilités illimités de communication virtuelle, séparant pourtant les gens qui préfèrent rester cachés par les écrans. Il est donc bien de réintégrer certaines méthodes anciennes, en offrant de l’espace au jeu, au bricolage et à l’initiative en classe de FLE.
Les théâtres en papier sont plus accessibles aux élèves du collège, qui peuvent les construire seuls, n’ayant pas besoin de fournitures spéciales. Lorsque j’ai proposé aux élèves de notre collège de créer un théâtre de marionnettes, ils ont été peu attirés par l’idée, me disant que les marionnettes ne sont plus pour leur âge. Les élèves de 12 à 13 ans ont commencé pourtant à s’y intéresser et ils ont utilisé des boites en carton pour improviser des dialogues. Leurs marionnettes sont en papier, ils les manègent à l’aide de fines baguettes en bois. Les élèves dans la classe deviennent vite leurs spectateurs et bien que leur niveau de français ne leur permette pas encore d’écrire des saynètes plus longues, ils réussissent à capter l’attention du public et de faire parler leurs acteurs en carton.
Ce que je trouve fascinant est le fait qu’ils ont vite intégré cette activité dans leur étude du français, ils ont commencé à utiliser les marionnettes et les théâtres en papier dès que l’enseignant leur a offert l’occasion. Lorsque les thèmes de vocabulaire se prêtent au jeu et au dialogue, ils attirent l’attention par une boite – scène improvisée qui attend patiente sur le pupitre l’intervention de l’enseignant. Chaque fois je suis contente de toute idée ou mise en œuvre qui suscite l’intérêt des élèves pour l’étude du français, le fait qu’ils aiment apporter leurs créations en classe pour s’exprimer en français est une grande conquête. Ça veut dire que pour eux le français a un côté ludique, que cette langue nouvelle, puisqu’ils l’apprennent depuis une année et demie, ne leur fait pas peur. Un autre avantage est le fait qu’ils réussissent à créer des univers en bricolant, et qu’ils trouvent des situations pour mettre en lumière leurs créations sans que l’enseignant la leur demande.
Les marionnettes en carton ne nécessitent pas des heures de travail et offrent la possibilité de jouer à même temps qu’apprendre. Elles donnent l’occasion de travailler en équipe, de se rencontrer pour confectionner le matériel, la scène et les décors, ce qui fait que le processus d’apprendre devient plus intéressant et la langue étrangère est vraiment mise en situation réelle de fonctionnement.
Nos élèves ont utilisé pour confectionner leurs théâtres en papier le livre « Mes petits théâtres à construire » par Lise Herzog, qui présente des moyens de construire des théâtres en boite, des cirques animés et un petit théâtre d’ombres. Pour chaque activité présentée ce petit livre offre plein d’instructions et spécifique le matériel nécessaire, si bien que même s’il est écrit en français les élèves ayant un niveau A1 ont réussi à comprendre et à suivre les instructions. Ils ont trouvé le livre parmi les livres reçus dans le cadre du projet ADIFLOR que nous avons commencé en décembre 2019, et ils ont vite commencé à utiliser les informations, déjà mettant en scène deux petits spectacles. Pour les pièces ils ont encore des difficultés à écrire en français, mais ils ont commencé à faire des progrès.

DEOR: janvier 2020, Olteni, Teleorman, Roumanie

Vă prezentăm cele mai noi activități ale partenerilor din Olteni (Teleormani), în cadrul Consorțiului DEOR al proiectului Erasmus+ “Pantins pour l’inclusion”.

Nous vous présentons les productions les plus récentes de nos partenaires DEOR de l’Ecole d’Olteni (Teleorman, Roumanie).

Piese de teatru/adaptări pentru scenă de la Olteni (link)

Lisez plus

Frosinone : Les élèves au boulot!

En utilisant les activités d’apprentissage proposées pendant la première rencontre en Roumanie dans le projet Erasmus+ “Pantins pour l’Inclusion”, les petits élèves du Collège IC Frosinone 3, ont réalisé de beaux pantins. Par ce travail ils ont mis en jeu leurs compétences manuelles et la langue française. Peu à peu, les multiples dimensions de cette coopération se sont révélées ; rendre les élèves sujets de leurs activités, de leurs choix esthétiques ou techniques et des apprentissages qui y sont lies, a été une expérience formidable. De cette façon ils sont entrés dans la culture d’une langue nouvelle en s’amusant et enfin en réalisant des œuvres agréables.  Cet effort a permis d’engager les élèves dans une activité langagière, travail du corps et production d’un texte à jouer.

28-11-2019 – 1ère Journée Internationale des Professeurs de Français dans le département de Vaslui (Roumanie)

   Le 28 Novembre 2019, voilà la première fois où, à la recommandation de l’Organisation Internationale de la Francophonie et de l’institution présidentielle française, on célèbre un peu partout dans le monde, la Journée Internationale des Professeurs de Français. Fête professionnelle et linguistique en même temps, organisée pour souligner l’importance de la langue française dans le monde et le rôle unique que les professeurs de français ont dans l’avènement de cette extraordinaire langue d’une immense culture.

   A l’initiative de l’Inspection Scolaire de Vaslui et avec le support du Musée Départemental « Ștefan cel Mare » de Vaslui, placée sous les auspices du Projet Erasmus+ KA229 « Pantins pour l’inclusion », la première Journée Internationale des Professeurs de Français fêtée à Vaslui, le 28 Novembre 2019 à partir de 17 :00, a été une fête du théâtre en langue française, en même temps. La troupe théâtrale du Lycée Théorique « Mihail Kogălniceanu » de Vaslui nommée « Notre Théâtre * Our Theater * Teatrul Nostru » a présenté trois de ses productions : « Palace Hôtel Thanatos » (d’après A. Maurois, mise en scène de Mihaela Claudia Liteanu), « La Princesse Ensorcelée » et « L’Ecole des Magiciens », pièces déjà lauréates du Grand Prix, du 1er et du 2ème prix du Festival de Théâtre Bilingue Francophone « Eugen Ionescu » de Buzău (1-3 Novembre 2019).

   La première pièce présentée a été „Palace Hôtel Thanatos”, adaptation de Mihaela Claudia Liteanu d’après un conte d’André Maurois. Humour noir de qualité, critique de la société de consommation qui ne sait plus apprécier le vrai bonheur qu’en partant des gains boursiers, la pièce a été brillamment interprétée par les élèves de lycée Tudor Visu, Miriam Gurguță, Ștefania Gache, Andrei Munteanu, Octav Florescu, Matei Munteanu, Bianca Costin, membres de l’équipe du projet Erasmus+ KA229 « Pantins pour l’inclusion ».

   « La Princesse ensorcelée », le deuxième spectacle, c’est une pièce avec pantins de Alexandru Mîță avec les élèves de la 7ème du Lycée Théorique „Mihail Kogălniceanu” Miruna Ilinca Crețu, Maricela Raluca Georgiana Enache, Alex Cogălniceanu, Teofan Corogeanu Bianca Ciuchilan. Le toisième spectacle avec poupées, « L’Ecole des magiciens » mis en scène par Alexandru Mîță, a eu en vedettes Alex Cogălniceanu, Cerasela Madalina Nechita, Bianca Ciuchilan, Daria Zaharia, Miruna Ilinca Crețu, Costel Cristian, Maricela Raluca Georgiana Enache, Ioan Eduard Rusu, Teofan Corogeanu, Bianca Rotariu – toujours des élèves de la 7ème du Lycée Théorique « M. Kogălniceanu » de Vaslui, membres de l’équipe du projet Erasmus+ KA229 « Pantins pour l’inclusion ». C’étaient deux comédies dans le style de la comédie-bouffe et de la farce, avec bien des enseignements moralisateurs subtilement insérés.

   Le public formé des professeurs de français du département de Vaslui et des membres de l’équipe du projet Erasmus+ KA229 « Pantins pour l’inclusion » du Lycée Théorique « M. Kogălniceanu » de Vaslui et de l’Ecole no. 1 de Pungești, a vivement apprécié le jeu des jeunes acteurs et l’initiative de célébrer de cette jolie manière la première Fête Internationale des Professeurs de Français.

   Nous remercions la directrice du Musée Départemental « Ștefan cel Mare » de Vaslui, Mme Ramona Mocanu, toujours professeure de français, pour nous avoir offert le cadre de déroulement de cette fête professionnelle unique. Le Musée Départemental « Ștefan cel Mare » de Vaslui est membre du Consortium DEOR du projet Erasmus+ KA229 « Pantins pour l’inclusion ».    Restez en contact avec le projet Erasmus+ KA229 « Pantins pour l’inclusion » sur son site web https://pantins.ro.